logo

Les nouvelles de l'Yonne

POUVOIR D’ACHAT, L’INTOX

 Actuellement et avec la complicité de nombreux journalistes des médias publics et privés, une vaste entreprise de mystification se déroule  chaque jour et depuis des semaines. 21 millions de nos concitoyens vont voir leur pouvoir d’achat augmenter. Hélas aujourd’hui, et avant que la vérité n’éclate au fond des porte-monnaie, certain d’entre eux y croient et disent merci Macron.

 C’est là un leurre qui se paiera très cher.

 Un fait remarquable pourtant aurait du mettre « la puce à l’oreille » de nos concitoyens.

 Face à cette augmentation annoncée du pouvoir d’achat pour les salariés aucun patron et surtout pas M. Gattaz n’a protesté, dénoncé ni souligné la disparition des entreprises.

 Et pour cause. Cette augmentation ne coutera rien aux entreprises, les plus grandes comme les plus petites. Par un tour de passe-passe, les cotisations ouvrières qui vont directement dans les caisses de la sécurité sociale pour alimenter les différentes branches maladie, famille… (ce que l’on appelle le salaire différé et mieux encore socialisé) iront effectivement directement dans la poche des salariés.

 Bien évidemment les sommes perdues pour la solidarité devront d’une manière ou d’une autre être récupérées sauf à vouloir liquider l’ensemble du système mis en place après la libération de la sécurité sociale et à le remplacer par un système assuranciel privé dont rêvent depuis longtemps les grandes sociétés privées.

 D’ores et déjà pour payer la note les 7 millions de retraités seront mis à contribution dès la fin janvier avec une augmentation de  1.7% de la CSG. Que les salariés ne se réjouissent pas trop vite leur tour viendra rapidement et dès maintenant par un système d’augmentations de certains produits le petit pactole récupéré va vite s’envoler en fumée. Prix du gaz +6%, des carburants + 4 à 5 %, du fuel domestique, des contrôles techniques, des amendes pour stationnement, des tarifs SNCF,  des péages, les coûts des services municipaux du fait de la baisse des dotations de l’État…

 Encore une fois les libéraux veulent faire croire que le travail représente un coût insupportable qu’il faut absolument faire baisser par tous les moyens. Mais jamais les experts éditorialistes et sur les plateaux de télévision n’abordent la question du coût du capital, dividendes versés aux actionnaires, coûts des intérêts payés aux banques…

 Cette bataille pour la vérité sur la question « coût du travail, coût du capital » que les communistes mènent depuis longtemps doit se poursuivre et prendre une autre ampleur.

 En conclusion, il faut ouvrir le seul débat public qui vaille :

 Voilà qui rehausserait considérablement la qualité du débat public.

 En une phrase :

 Quelle société voulons-nous demain pour nous-mêmes et nos enfants ?

 La rédaction avec la participation de Patrick Le Hyaric de l’Humanité Dimanche 

La redaction

 Calendrier
Mois précédent Novembre 2018 Mois suivant
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3REUNION SECTION MIGENNOISE
4
5REUNION SECTION AVALLON
6 7REUNION SECTION AUXERROISE
89 10CONGRES DEPARTEMENTAL
11
12131415161718
19202122 23CONGRES PCF
24CONGRES PCF
25CONGRES PCF
2627282930


En savoir +