logo

Les nouvelles de l'Yonne

EDITO

EN FINIR AVEC MACRON, ET VITE

 Selon les échos et l’on sait combien ce journal proche des milieux d’affaires et du ministère des finances est bien informé : « en 2018 les entreprises continueront à toucher le CICE et sur la même période elles bénéficieront chaque mois de la baisse des charges (1) ». Cela va représenter un total de 40 milliards.

 Bien évidemment comme par le passé il ne sera procédé à aucun contrôle de l’usage de ces fonds en termes d’emplois, d’environnement, de recherches et d’investissements.

 C’est là un cadeau digne d’un premier de cordée.

 Macron avait dit ni droite, ni gauche, il avait raison mais les Français n’avaient pas bien compris, c’est l’ultra droite libérale qu’il a choisi et qu’il veut faire triompher. Mais ce n’est là qu’un exemple de la malfaisance de Macron et des dangers qui nous guettent.

 Premier danger déjà en cours depuis des années et qui va s’aggraver, une attaque sans précédent contre le pouvoir d’achat pour les fonctionnaires (blocage du point d’indice depuis plusieurs années) pour les retraités (augmentation de la CSG et blocage également du point d’indice depuis plusieurs années).

 Nous assistons d’ailleurs autour de cette affaire du pouvoir d’achat à une campagne mensongère menée par le gouvernement et hélas relayée avec complaisance par certains journaux. Il y a 2 semaines, à la suite d’une publication de l’INSEE sur le pouvoir d’achat des Français, on apprenait que celui-ci était en hausse de 0.7%. Surprise évidemment pour ceux qui chaque jour ressentent une baisse et ce depuis plusieurs années. Ravissement de la classe éditoriale aux ordres qui voyait là une nouvelle fois le moyen de démontrer l’efficacité de la politique Macron. Il aura fallu plusieurs jours pour apprendre la vérité dans l’Humanité. L’INSEE avait fait correctement son travail et donc avait inclus dans ses calculs la disparition de l’impôt sur la fortune (ISF) pour des dizaines de milliers de ménages français. Cette opération relevait automatiquement le pouvoir d’achat de tous. Merci les riches !

 Le deuxième danger est sans doute à terme beaucoup plus grave. Pour le MEDEF et depuis des années la mère des batailles, c’est la baisse drastique voir la disparition des cotisations sociales. Ce qu’il appelle avec le secours des toujours mêmes journalistes la baisse du « coût » du travail. Un exemple parmi beaucoup d’autres hélas.

 On est en train de faire basculer les cotisations sociales chômage du salaire indirect que nous appelons nous le salaire socialisé en vue de la solidarité vers le salaire direct. Cela fait écrire à M. Stephan, éditorialiste de l’Yonne Républicaine le 9 octobre que c’est une excellente nouvelle pour les ouvriers. Quand, en fait, c’est une escroquerie qui signale une incompétence rare de l’écrivaillon. Certes si il est au SMIC le salarié en question va toucher immédiatement 17 €uros ce qui compensera à peine l’augmentation de l’essence que le salarié va devoir payer pendant un mois pour aller au travail. Mais à terme c’est ainsi que l’on va assécher les moyens des caisses de chômage.

 Pendant ce temps, les assurances privées et hélas certaines mutuelles se frottent les mains. Ce sont des milliards qu’elles attendent demain de la destruction de notre système mis en place à la libération par des ministres gaullistes, communistes (Croizat) et des syndicalistes de la CGT.

 Les salariés de ce pays ont grand intérêt à se rassembler comme ont eu  le 9 octobre pour défendre ce que leurs parents ou grands parents avaient mis en place et défendu pendant des décennies.

 

(1)  Il s’agit bien évidemment des cotisations sociales, le lecteur aura rectifié lui-même

Alain RAYMONT

 Calendrier
Mois précédent Novembre 2018 Mois suivant
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3REUNION SECTION MIGENNOISE
4
5REUNION SECTION AVALLON
6 7REUNION SECTION AUXERROISE
89 10CONGRES DEPARTEMENTAL
11
12131415161718
19202122 23CONGRES PCF
24CONGRES PCF
25CONGRES PCF
2627282930


En savoir +