logo

Les nouvelles de l'Yonne

ECHOS ICAUNAIS

 

 

Ci-dessous prise de parole de notre camarade Jean-François Nichèle à l’occasion de la Marche pour la Paix à Sens au nom du collectif sénonais d’aide aux migrants:

En 1918, à la fin de la première guerre mondiale - « Maudite soit la guerre » criaient les soldats sacrifiés,

En aout 1945 après Hiroshima et Nagasaki - « Plus jamais ça » criait le monde entier,

En octobre 1945, c’est l’adoption de la Charte des nations unies - qui édicte le principe de sécurité collective et la souveraineté des peuples – « Abolissons la guerre » - criaient alors les vainqueurs et victimes du nazisme (24 octobre 1945)

En 1948, c’est la déclaration universelle des droits de l’Homme (qui est mise à l’honneur cette année dans le cadre de la journée internationale de la paix) – « libérons le monde de la terreur et de la misère, les êtres humains seront libres de parler et de croire » – pouvait on lire au moment de la rédaction en 1948 de cette déclaration.

Mais l’histoire a tendance à se répéter et montre qu’à force de préparer les guerres, on finit toujours par les faire, sans que rien ne soit résolu pour autant.

La guerre est toujours un échec. Elle ne sème que terreur, mort, misère, oppression, exode des populations jetées sur le chemin de l’exile…avec les drames que cela entraine.

Les guerres, les conflits, quel que soient leurs lieux, mettent toujours l’humanité en péril.

C’est pourquoi, nous appelons :

Aujourd’hui, ensemble, exprimons notre volonté de vivre dans un monde de solidarité, de justice et de fraternité.

Ensemble marchons pour faire entendre notre voix : stop la guerre – Stop la violence – Stop la misère.

 

Les Ateliers Citoyens de la Gauche Migennoise lancent une vaste consultation citoyenne des habitants sur les sujets qui font la vie locale.

L'idée est de construire avec les habitants un projet pour la ville. Ce projet doit partir des questions et propositions que formulent les citoyennes et les citoyens. Cette première étape sera ponctuée de rencontres avec les habitants, dans chaque quartier, afin de lancer les premiers échanges.

D'autres initiatives seront envisagées dès que le dépouillement des questionnaires retournés aura été effectué.

Ce n'est pas un hasard si le questionnaire s'intitule: 'Que veulent les Migennois.e.s ?'. C'est évidemment à eux de la dire.

 

 

 

 Résumé  de la lutte chez Fruehauf qui a vu le blocage de l'usine en milieu de semaine dernière.

 

Des fois, le fait de recevoir et de voir sa facture d’électricité exorbitante, ça peut avoir des conséquences bénéfiques sur les luttes et le mouvement social.

C’est comme ça qu’a commencé la lutte victorieuse chez FRUEHAUF lorsqu’une salariée, en colère après avoir découvert une facture d’électricité qui allait encore peser d’avantage sur son budget déjà restreint.

Le lendemain, le 20 septembre, elle décidait de solliciter le personnel à faire grève avec une revendication : réajuster les salaires au même poste et pour le même travail.

Dès 8h30, un regroupement s’opérait dans la cour de l’usine devant les bureaux afin de porter cette revendication à la direction.

Entre temps une autre revendication s’ajoutait à la première: une augmentation pour le personnel 1er et 2ème collège de 60,00€ net.

Après quelques discutions entre l’organisation syndicale CGT appelée à la rescousse et la direction de l’usine, un premier rendez-vous est pris le lundi 1er Octobre à 15h30.

La négociation se terminera le lendemain en fin d’après midi, et sera présentée au personnel le Mardi 9 Octobre à 11h30 (journée interprofessionnelle d’action). Le résultat des négociations est insatisfaisant pour le personnel qui décide la poursuite de la grève.

L’après midi semble débloquer la situation avec un apport supplémentaire de la part de la direction. Mais qui ne correspond encore pas aux attentes du personnel.

Le blocage de l’usine est décidé. Il se poursuivra toute la nuit et au petit matin, vers 8h30, la Direction accepte la dernière proposition du syndicat CGT, à savoir:

Ces avancées concernent tous les salariés des 1er et 2ème collège. Ramenée en pourcentage, l’augmentation correspond entre 4 et 4,5%.

Suite à l’annonce de ces résultats, l’ensemble du personnel gréviste décide la levée du blocage et vote la reprise du travail.

 

La redaction

 Calendrier
Mois précédent Décembre 2018 Mois suivant
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31


En savoir +