logo

Les nouvelles de l'Yonne

ELECTIONS EUROPEENNES

Nous nous interrogeons tous sur la nature profonde du mouvement des Gilets Jaunes et sur les leviers de recomposition sociale et politique qu’il contribue à nourrir. Mais un fait est certain : c’est que cela ne devrait pas pousser à la paralysie politique mais, au contraire, devrait conduire la gauche de transformation à trouver les ressorts d’une offre politique commune qui prenne en compte les intérêts populaires en donnant de la force et du sens au mouvement pour l’émancipation. Elle l’a fait en 1936 avec le Front populaire ou, sous une autre forme, en 2005 pour empêcher que le non au TCE ne soit préempté par l’extrême droite et donner corps à un non de gauche qui ne soit ni anti-européen ni nationaliste.


Ce matin, on pouvait lire les déclarations de Fabien Roussel appelant à envahir le Grand Débat National de Macron pour lui donner de vrais objectifs et faire en sorte que tout soit mis sur la table (pouvoir d’achat, ISF, CICE, partage des richesses, augmentation des salaires et des pensions, démocratie, écologie...) pour que cette consultation devienne un point d’appui dans le combat en cours. Mais cette force sera d’autant plus grande qu’elle sera portée collectivement et qu’elle ouvrira une perspective majoritaire.


Nous sommes à l’une de ces croisées de chemin où la bascule vers la régression peut s’opérer, où elle commence même à s’opérer. Nous sommes à ce moment où les repères ont explosé et qu’un nouveau logiciel se met en place. La France de Macron stigmatise ses pauvres, les réprime et les enferme en prévention... L’Union européenne compte 87 millions de pauvres, ne dit rien quand on emprisonne des responsables politiques en Espagne et est devenu un mouroir pour les migrants. Quant au monde de Trump et de Bolsonaro, on voit semaine après semaine ce qu’il produit d’exclusions, d’oppression et d’engrenages guerriers.


Pensez un seul instant que nous pourrions faire face à ce rouleau compresseur en faisant abstraction du rassemblement le plus large des forces progressistes anticapitalistes est un leurre. Quel horizon voulons-nous donc pour nous-mêmes et nos enfants ?


Bien sûr, les combats sociaux se multiplient. Nous nous efforçons les uns et les autres de leur donner de la force et des perspectives en terme propositionnel. Nous nous y employons fortement aujourd’hui au PCF sur les questions fiscales et de justice sociales, nous voulons pousser le débat d’alternative et nous avons raison de le faire. Certains trouvent déjà ou vont trouver leurs revendications dans notre programme certes, mais au delà de cela, nous, comme l’ensemble de la gauche, sommes incapables de faire une offre politique commune, de proposer une perspective réellement transformatrice à court ou moyen terme. Aucune issue donc ni pour les gilets jaunes, ni pour les manifestants de ce printemps, ni pour toutes celles et ceux aujourd’hui victimes du délit de solidarité. Jusqu’à quand ? Ce grand débat national ne peut-il justement pas devenir celle du grand débordement populaire citoyen et unitaire ?

 

Les communistes qui ont œuvré pendant des mois pour une liste d’union aux Européennes regrattent que toutes leurs démarches aient échoué. Ils présenteront donc une liste ouverte le 26 janvier conduite par Ian Brossat, maire adjoint au logement à Paris et lanceront leur campagne début février.

La redaction

 Calendrier
Mois précédent Février 2019 Mois suivant
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4CONSEIL DEPARTEMENTAL
56 7SOIREE DEBAT PROJECTION
8REUNION SECTION PUISAYE
910
111213 14THEATRE
CINE DEBAT
151617
18192021222324
2526 27CAHIER DE L ESPOIR
28


En savoir +